Toul’Eco – 15 décembre 2015

 

Toulouse. Bati Vigie, nouvelle arme numérique contre le travail illégal dans le BTP

Pour lutter contre le fléau du travail illégal, les acteurs du BTP disposent désormais d’une arme nouvelle : Bati Vigie. Une plateforme innovante de services numériques conçue par le groupe toulousain Ifecc.

image54

« Bati Vigie est un système unique en France qui permet la mise en œuvre de contrôles fiables et systématisés sur les chantiers », assure Frédéric Pradal, directeur général du groupe toulousain Ifecc, spécialisé dans l’économie de la construction. « Nous avons inventé la carte électronique du BTP. »

L’enjeu est de taille. Le travail illégal représente, chaque année en France, un préjudice estimé à 13 milliards d’euros. Le nombre de travailleurs détachés en situation irrégulière a fortement progressé dans la dernière décennie, pour atteindre 300.000 par an selon un rapport du Sénat. « Cette concurrence déloyale détruit 20.000 à 30.000 emplois par an dans le BTP », constate Frédéric Pradal. « La responsabilité pénale, renforcée par les lois Savary en 2014 et Macron en 2015, expose les donneurs d’ordre à 500.000 euros d’amendes par chantier. Bati Vigie se pose ainsi comme une solution pour lutter contre ce fléau. »

Développée et testée avec le promoteur Kaufman & Broad sur soixante chantiers, la plateforme bénéficie également d’un retour d’expérience de deux ans auprès de grands opérateurs de la région toulousaine. Une innovation soutenue par la banque publique d’investissement.

Un marché de 50 millions d’euros

Promoteurs, bailleurs ou collectivités confient généralement le contrôle des chantiers des architectes ou des bureaux d’études. Avec Bati Vigie, compatible avec la future carte professionnelle du BTP, l’opérateur se rend sur les chantiers armé de son smartphone comprenant des informations administratives sur les entreprises et les personnels. Suite aux contrôles, la plateforme informe les différentes parties et adresse des courriels automatisés aux donneurs d’ordre en fonction des situations à régulariser ou non. Tous les incidents ou anomalies sont répertoriés dans la base de données, ainsi que les photos des salariés.

La mairie de Toulouse et la Région Midi-Pyrénées pourraient être les prochains à tester Bati Vigie « Le marché potentiel représente plus de 50 millions d’euros. Les utilisateurs pourraient générer des centaines d’emplois , avance le dirigeant d’Ifecc. Cette entreprise familiale, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 1,2 million d’euros cette année, effectue des missions d’exécution et d’assistance à maîtrise d’ouvrage. Implantées à Toulouse, Bordeaux et Bayonne, les entités du groupe livrent chaque année plus de 1500 logements neufs pour des grands comptes de l’immobilier.
Marc Pouiol

Sur la photo : Frédéric Pradal, dirigeant du groupe Ifecc. Photo Hélène Ressayres – ToulÉco.