Radio Totem Auvergne – 03 février 2016

 

Interview de Frédéric Pradal

« Nous louons de le licence avec une plateforme téléphonique qui vérifie et contrôle l’ensemble des données que transmettent les entreprises pour un salarié, et ensuite le maître d’ouvrage, le donneur d’ordre, confie à une société, par exemple à un maître d’œuvre, par exemple un coordinateur sécurité sur un chantier, la mission d’aller vérifier à l’aide d’un simple smartphone l’ensemble des coordonnées des personnes présentes sur le chantier. Une fois que le contrôle a été fait par ces personnes, des mails sont envoyés immédiatement auprès des entrepreneurs. Les entrepreneurs ont 48h pour remettre en conformité leurs salariés sur la plateforme BATI VIGIE et au-delà de 48h, un courrier recommandé part de la part du maître d’ouvrage à l’entreprise lui demandant que les salariés qui ont été pris en défaut quittent immédiatement le chantier. »

 

« Nous avons développé dans la région Auvergne, nous lançons une grande campagne de publicité et de mailings auprès des donneurs d’ordre afin de les sensibiliser sur le travail illégal en leur expliquant et en leur rappelant la loi, qui est récente, dont beaucoup d’intervenants ne la connaissent pas à savoir qu’il y a des sanctions pénales très fortes de 2 000 € jusqu’à 4 000 € par salarié et par an, et jusqu’à 500 000 € de pénalités pour un chantier avec arrêt du chantier en cas de problème de travailleurs illégales. »