La Lettre M – 26 novembre 2015

 

Bati Vigie veut aider à lutter contre le travail illégal

image21

Une plate-forme logicielle et de services pour la mise en œuvre de contrôles fiables et systématisés sur les chantiers : l’innovation Bati Vigie, présentée à Batimat 2015, n’a pas laissé indifférents les professionnels du bâtiment, qui luttent au quotidien contre le travail illégal. S’adressant en priorité aux maîtres d’œuvres et coordonnateurs SPS, la solution développée par le groupe IFECC repose sur un abonnement à une plate-forme qui dématérialise les documents contrôlés et automatise les envois d’information entre les différents acteurs. « La ville de Toulouse devrait prochainement mettre en œuvre notre système sur un chantier test. Des contacts sont également en cours avec la Région Midi-Pyrénées », indique Frédéric Pradal, directeur général du groupe IFECC, spécialisé dans l’économie de la construction notamment et implanté à Toulouse, Bordeaux, Bayonne et Montpellier.

« Le système a été pensé pour fonctionner en interface avec la future carte professionnelle du BTP. Celle-ci pourra être scannée par le smartphone du contrôleur Bati Vigie, quelles que soient les solutions d’identification retenues : QR code, code barre etc. Notre mission n’est pas de faire la police. Nous apportons un service aux entreprises pour qu’elles s’assurentd’œuvrer en conformité avec la loi », précise Frédéric Pradal. Depuis juillet 2014, la loi Savary a renforcé la responsabilité pénale des donneurs d’ordre et maîtres d’ouvrage. Ces derniers sont désormais exposés à un risque pénal élevé, encore accru en 2015 par les dispositions de la Loi Macron, qui porte à 500 000 euros le montant des pénalités potentielles.Testée depuis deux ans auprès de grands noms de l’immobilier (Kaufman & Broad, Acantys, Colomiers Habitat, La Cité Jardins, Sagec, Pichet…), Bati Vigie a bénéficié d’une bourse French Tech de 30 000 €.