Ecomnews – 10 décembre 2015

 

Toulouse : Bati Vigie, le numérique pour lutter contre le travail ilégal

Frédéric Pradal est un professionnel du bâtiment, il lance Bati Vigie, une plate-forme de services numériques et une application pour lutter contre le travail illégal dans le secteur.

 

image49« Nous sommes des spécialistes du bâtiment, des gens de terrain. Nous travaillons à Toulouse, Bordeaux, Bayonne ou encore Montpellier. » explique Frédéric Pradal,directeur général de Bati Vigie, mais aussi directeur du groupe IFFEC spécialisé dans le domaine de l’économie de la construction depuis 25 ans.

 

Et de poursuivre « En France le travail illégal représente chaque année un préjudice total estimé à 13 milliards d’€. Ces dernières années le travail illégal a fortement progressé. Un rapport du Sénat datant d’il y a deux fait même état du nombre de 300 000 travailleurs détachés en situation irrégulière en France par an ».

 

Par la Loi Savary de juillet 2014, obligation est portée pour les entreprises étrangères de déclarer ses personnels à la DIRRECTE. Un renforcement de la responsabilité pénale, accentué en 2015 par les dispositions de la Loi Macron (montant des pénalités potentielles : 500 000€).

 

Depuis 2013, Frédéric Pradal et ses équipes de terrains réfléchissaient déjà à des solutions pour combiner efficacement les nouvelles technologies et la simplification des outils de contrôle sur les chantiers. « Nous avons créé une plate -forme logistique numérique, cela fait 2 ans que nous testons notre outil sur nos nombreux chantiers » raconte le chef d’entreprise.

 

Le principe est simple, le maître d’ouvrage, par exemple un promoteur, missionne une socité (bureau d’étude, architecte, maître d’oeuvre d’exécution…) pour contrôler les entreprises qui interviennent sur ses chantiers. Ces dernières vont remplir en ligne toutes les informations relatives à leurs salariés. La soiété missionnée, équipée de Bâti Vigie effectue ensuite des contrôles aléatoires sur les chantiers. « Le contrôleur peut effectuer le contrôle avec un téléphone portable, l’application est reliée à la plate-forme, il peut même vérifier l’identité des travailleurs directement » explique Frédéric Pradal, « en cas d’anomalie, la plate-forme adresse automatiquement à l’entreprise en cause un courriel lui demandant de régulariser la situation sous 48h« .

 

Pour l’instant, Bati Vigie teste le système sur une soixantaine de chantiers, la commercialisation est prévue en début d’année 2016. L’abonnement au service pourra être souscrit aussi bien par le maître d’ouvrage que par la société missionnée pour le contrôle.

 

« Nous inventons un nouveau métier en partant du besoin des acteurs. La plate-forme Bati Vigie a été conçue en anticipant l’arrivée prochaine de la carte professionnelle du BTP avec des solutions compatibles » conclut Frédéric Pradal.